• ♣ Le Terrier ♣

    Dans cette rubrique vous trouverez toutes les nouvelles de notre nouvelle maison, les travaux, la déco, le jardin...

  • Bonjour, bonjour !

    Me voilà déjà de retour pour vous donner des nouvelles du jardin :)

    Gazette du jardin #6 (en vidéo !)

    Malgré la pluie qui nous a gâché une bonne partie du mois de juin, le potager se porte plutôt bien !

    J'ai passé énormément de temps dehors, pour attacher une tomate par ici, semer des graines de basilic par là, repiquer du maïs, cueillir des fèves, contempler les fleurs, et surtout, filmer tout ça, jour après jour.

    Gazette du jardin #6 (en vidéo !)

    J'ai essayé pour une fois de vraiment m'appliquer au montage de la vidéo, à me caler (plus ou moins) sur la musique, bref à faire les choses un peu moins à l'arrache que d'habitude, et étonnamment, ça n'a pas été beaucoup plus long !

    J'ai filmé plus d'une centaine de fois au potager durant le mois, essayant de capter un peu tout à la fois...

    Gazette du jardin #6 (en vidéo !)

    Bon évidemment, tout pousse si vite en ce moment que je pourrais tout refilmer aujourd'hui et tout aurait déjà énormément changé (comme par exemple les tomates dans la serre qui ont déjà leur taille finale, il ne leur manque plus qu'un peu de soleil pour qu'elle mûrissent !), et le potager ressemble à une jungle...

    Une fois n'est pas coutume, il y a un peu plus de "nous" que d'habitude, un peu plus de tranches de vie, et j'aime beaucoup le rendu.

    Gazette du jardin #6 (en vidéo !)

    Bref vous l'aurez compris, j'espère de tout cœur que ça vous plaira !

    N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, ça me fait toujours énormément plaisir de vous lire,

    Je vous souhaite une bonne soirée,

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    Pin It

    7 commentaires
  • Voilà presque un an que nous avons terminé notre mare, et j'ai réussi à collecter suffisamment de photos au fil des saisons pour vous la présenter ici en documentant correctement notre aventure :)

    Une mare au Terrier

    Un espace aquatique pour les animaux sauvages nous faisait envie depuis très longtemps, d'ailleurs nous avions commencé à creuser un trou à la minipelle en novembre 2016 ! Mais nous repoussions toujours le projet, faute de temps, d'argent et de vraie motivation.

    Une mare au Terrier

    Et puis finalement, la motivation nous l'avons eu en août dernier, je trouvais ça complètement désolant de voir la chaleur insupportable de l'été cramer tout autour d'elle, et les quelques gamelles disposées ça et là dans le jardin peinaient à abreuver tout le monde !

    Du coup nous nous sommes lancés pour de bon !
    Je vous explique donc ici en détail comment creuser et aménager une mare.

    Une mare au Terrier

    Première étape : creuser le trou, en réalisant des paliers.
    Cela permet aux animaux d'entrer et sortir plus facilement de l'eau, et cela permet aussi de disposer les plantes aquatiques à différents niveaux. Et puis quand il faudra aller nettoyer le bassin de temps en temps, ou diviser les plantes quand elles grandiront beaucoup, c'est plus simple s'il y a des "marches" dans l'eau.

    Une mare au Terrier

    Nous avons ensuite recouvert le fond d'un tissu géotextile. Il s'agit d'une sorte de feutre très dense qui empêche des racines de venir trouer la bâche.

    Une mare au Terrier

    Quand c'est bien étalé sur toute la surface de la future mare, on va ajouter une bâche EPDM en caoutchouc.

    Une mare au Terrier

    Autant pour le géotextile on peut découper en plusieurs bandes, autant pour la bâche il faut prévoir la bonne dimension dès le départ, pas question de faire du recollage après !

    Si on a un terrain très argileux et qu'on veut une mare facilement et rapidement, on peut aussi se contenter de ne rien mettre du tout, ni bâche, ni géotextile, vous aurez une belle mare à partir de l'automne, mais il faudra se faire à l'idée qu'elle s'assèchera probablement partiellement en été. Nous avons préféré jouer la carte de la sécurité, même si on est dans une région où la terre est argileuse, car nous voulions justement un point d'eau pour les animaux en été.

    Une mare au Terrier

    Ensuite on commence à la remplir, et l'eau va permettre de bien lisser et tendre la bâche.
    C'est une étape franchement difficile, d'ailleurs nous n'avons pas réussi à bien tendre la bâche et il reste des plis (heureusement on ne les voit plus du tout, donc j'imagine que ce n'est pas bien grave !)

    Nous avons rempli avec de l'eau de nos récupérateurs installés autour de la maison, ainsi qu'avec l'eau du puits du voisin.

    Une mare au Terrier

    Puis nous avons mesuré la profondeur de la mare afin de pouvoir acheter des plantes adaptées à ce bassin.

    Elle n'est pas très profonde, entre 85 cm et 1 mètre (selon la saison et l'évaporation !), mais nous voulions un bassin qui soit assez sécuritaire par rapport aux enfants, donc pas trop profond (et il y a un portail pour y accéder).

    Une mare au Terrier

    Nous avons commandé nos plantes aquatiques chez Santonine, qui nous semblait être une référence en la matière, le site paraissait très sérieux et nous avons d'ailleurs trouvé de nombreux conseils qui nous ont beaucoup servis, alors ça nous paraissait normal de commander chez eux.
    Ils ont également une grande variété de plantes, donc nous avons pu choisir ce qui nous plaisait.

    Les plantes sont arrivées très bien protégées, avec des conseils pour leur installation dans la mare. (surtout pour les nénuphars)

    Une mare au Terrier

    On a également acheté des paniers qui vont permettre d'installer les plantes facilement dans le bassin, ainsi que de contrôler leur croissance et de pouvoir les diviser facilement au printemps si elles deviennent envahissantes.

    Une mare au Terrier

    Il faut plusieurs type de plantes pour assurer l'équilibre de la mare, surtout sachant qu'on n'installe pas de pompe :

    • Des plantes de berge, qu'on installe en bordure de la mare, qui permettent de tenir la terre autour du bassin (avec leur racine), et qui vont évidemment servir de refuge aux animaux (et puis ça décore joliment si on prend des fleurs !)
    • Des plantes émergentes qui servent à la fois aux animaux à s'abriter, pondre, .. et qui ont aussi un attrait visuel, et parfois même ont des propriétés épuratrices, intéressantes pour l'équilibre du bassin.
    • Des plantes oxygénantes, qui sont entièrement sous l'eau et qui produisent de l'oxygène lors de la photosynthèse, ce qui va permettre d'assurer un bon équilibre au bassin, de clarifier l'eau, et puis de permettre à la faune de s'installer ;)

    Une mare au Terrier

    Nous avons ensuite ajouté de grosses (voire très grosses) pierres tout autour de la mare, sur le palier supérieur, pour tenir la bâche, permettre aux animaux de se cacher dessous, aux oiseaux de s'y poser pour boire, et aux humains de s'installer facilement pour observer tout ce petit monde !

    Une mare au Terrier

    Nous avons remblayé tout autour avec de la terre, et nous avons disposé des carreaux de ciment trouvés chez le voisin (dont proviennent également quasiment toutes les pierres de la mare), pour faire des chemins pour accéder à la mare, et pour signifier aux enfants les endroits où ils ont le droit d'aller (là où les pierres sont bien stables et larges, et là où on va essayer de contrôler l'envahissement des plates pour pouvoir s'approcher de la mare facilement).

    Une mare au Terrier

    Et voilà la mare à l'automne qui nous offre une jolie première floraison ♥

     Une mare au Terrier

    Et à l'hiver, où la surface s'est joliment parée d'une bonne grosse couche de glace.

    Une mare au Terrier

    Certains jours, elle a été tellement épaisse et solide que nous sommes tous montés dessus (j'ai évidemment fait le test toute seule avant, précautionneusement !), et je peux vous dire que même en sautant à pieds joints tous ensemble, ça n'a même pas fissuré !

    Une mare au Terrier

    Bref, à chaque saison son lot de surprises, d'observations, de découvertes et d'apprentissages.

    Une mare au Terrier

    Comme c'est la première fois que nous avons une mare, nous apprenons en même temps que les enfants, nous faisons des suppositions ensemble avant d'aller chercher la réponse dans nos livres ou sur internet, bref c'est une belle expérience très enrichissante.

    Une mare au Terrier

    Et puis doucement, le printemps a fait son retour, et avec lui le suspense de savoir si les plantes allaient toutes repartir, si les nénuphars avaient survécu, et si les insectes aquatiques observés à l'automne seraient encore au rendez-vous !

    Une mare au Terrier

    Et bien oui, tout le monde est reparti vaillamment, nous avons essayé de reconnaitre toutes les bestioles qui vivent là dedans, mais ce n'est vraiment pas simple ! On a une grosse population de notonectes, ces insectes aquatiques qui se déplacent sur le dos, des gerris, probablement des larves d'autres insectes, mais pas l'ombre d'un moustique, magie de la nature, l'équilibre se fait tout seul. Et nous observons avec joie les oiseaux venir s'abreuver au bord de l'eau.

    Une mare au Terrier

    Nous n'avons d'ailleurs pas voulu mettre de poissons dans la mare, car apparemment certains mangent aussi les têtards, ils peuvent endommager les racines des plantes donc il faut installer un dispositif pour les protéger, il faut assurer un très bon apport en oxygène donc c'est mieux d'installer une bonne pompe... bref autant de facteur qui nous ont fait préférer une mare entièrement sauvage.

    Une mare au Terrier

    Nous avons également découvert une jolie quantité de limnées, ces escargots aquatiques qui se reproduisent plus vite que l'éclair !

    Une mare au Terrier

    Nous en avons tant que nous nous sommes même demandés s'il fallait en enlever, mais nous préférons nous dire que si elles sont là en aussi grand nombre c'est qu'elles ont à manger, les plantes ne semblent pas en souffrir, et la mare n'a jamais été aussi claire, on voit presque jusqu'au fond ! Apparemment elles se nourrissent essentiellement de micro algues, et d'algues, nous allons surveiller si elles deviennent trop présentes mains pour l'instant les plantes sont magnifiques :)

    Une mare au Terrier

    Au printemps, nous avons également eu le bonheur immense de découvrir par deux fois une ponte d’œufs de grenouille !! Nous étions tellement heureux et étonnés que la mare accueille déjà des futurs têtards, à peine 8 mois après sa création !

    Une mare au Terrier

    Bon, et puis malheureusement, les œufs ont du se faire manger, nous n'avons pas eu de têtards ni de grenouilles, mais nous savions au moins qu'il y en avait dans le coin, donc il fallait juste être patient...

    Une mare au Terrier

    Et il y a quelques jours, ô surprise ! Une jolie grenouille qu'on a entendu croasser !

    Une mare au Terrier

    Après quelques observations nous l'avons trouvée cachée dans les plantes, et nous avons même pu observer ses joues se gonfler d'air ♥♥♥

    Une mare au Terrier

    Je pense que c'est une grenouille rousse, mais ce n'est pas facile pour une novice comme moi de l'identifier correctement !

    Une mare au Terrier

    Et nous avons également eu la chance d'observer une libellule déprimée (c'est son nom, ne riez pas !) femelle pondre ses œufs il y a quelques jours, et le lendemain j'ai pu prendre en photo ce spécimen mâle ! J'adore essayer d'identifier les espèces qui viennent dans la mare, ça nous apprend beaucoup de son équilibre. Par exemple, j'ai appris que cette espèce de libellule vient généralement dans les mares peu profondes à la végétation assez pauvre, typiquement les mares nouvellement installées !

    J'ai également pris le temps (beaucoup de temps !) pour filmer la réalisation de la mare, j'ai essayé de faire une vidéo qui complète cet article, et qui montre des choses qu'il n'y a pas en photo par ici, j'espère que ça vous plaira, et que ça ajoutera un "plus" à ce petit reportage photo !

    Voilà, j'espère que ce long article vous aura plu, et vous aura peut-être donné envie de vous lancer dans l'aventure d'une mare, je l'espère, et surtout surtout, n'hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires si vous avez une mare chez vous, ou même à poser toutes vos questions si je n'ai pas été claire ou si vous avez des interrogations :)

    Je vous souhaite une douce journée

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    Pin It

    22 commentaires
  • Pas trop de suspense dans le titre, et encore moins si vous me suivez sur Instagram...

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Notre Pelote a eu un nouveau bébé !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Autant l'an dernier, la naissance de Lopi a vraiment été une surprise, autant cette fois-ci, on a senti le truc venir !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥
    (un petit curieux se cache sur cette photo hihi ♥)

    J'ai vraiment surveillé son état et ses attitudes pendant les dernières semaines, et nous avons vu que Pelote essayait de s'isoler des mâles, alors nous l'avons mise seule dans le pré du fond du jardin... Et le lendemain elle avait mis bas !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Nous avons assisté à ses premières minutes de vie, la voir se lever et téter pour la première fois, c'était si attendrissant ♥

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Pompon est une petite femelle, très curieuse, même si elle reste prudente (on a l'impression qu'elle l'est plus que son grand frère au même âge, est ce un instinct ?...), et elle adore courir avec Django notre chien.

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Mais sa passion dans la vie, c'est de courir après les poules. Rien ne lui fait plus plaisir, elle saute dans tous les sens pour courser les dodues, c'est tellement drôle à voir !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    On arrive même à lui faire de grosses caresses, mais pour ça il faut être très patient, et attendre qu'elle se couche devant le poulailler pour sa sieste.

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    A ce moment, elle est plus calme, et on peut s'approcher d'elle pour la caresser.

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Elle adore, et on se demande même parfois si elle n'est pas croisée avec un chien !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Bref, maintenant la famille mouton est bien au complet, nous allons faire stériliser les mâles car malheureusement nous n'avons pas la surface pour avoir un troupeau plus important, et c'est difficile de donner un agneau qu'on a vu grandir pendant plusieurs mois. En plus, on risquerait d'avoir des croisements, donc pour le bien de tous, nous allons faire castrer les mâles.

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Sur ces dernières photos qui ont été prises il y a quelques jours, on voit qu'elle a déjà bien grandi, non ?

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥
    Et ce petit museau blanc autour de la bouche me fait fondre ♥

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥
    Bref, encore une qui ne va pas manquer d'amour !!

    J'espère que ces quelques photos vous plairont, j'ai même fait un petit montage vidéo pour que vous puissiez la voir presque en vrai, j'espère que ça vous plaira (désolée d'avance pour la mauvaise qualité de prise de vue, j'ai fait ça un peu n'importe comment donc ça bouge pas mal... mais au moins vous verrez ses toutes premières minutes de vie ♥)

    Voilà j'espère que ça vous plaira, si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser dans les commentaires ♥

    Je reviens très vite pour vous raconter encore une jolie histoire de naissance, mais cette fois-ci, une histoire absolument incroyable, moi-même je ne m'en remets toujours pas !

    Bonne fin de weekend !

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    Pin It

    9 commentaires
  • A noël dernier, j'ai offert un presse-mottes au Doudoucha pour nos futurs semis.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    C'est un appareil manuel en métal qui permet de faire des mottes facilement pour les semis, et ce qui m'a séduit, c'est qu'on n'utilise pas de godets en plastique pour les faire.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et en plus, on utilise beaucoup moins de terre pour chaque graine, et on gagne du temps ! Je l'ai acheté une trentaine d'euros sur le site de la ferme de Sainte Marthe où on a l'habitude de commander nos graines.

    Je vous ai pris des photos pour vous expliquer comment ça fonctionne.

    D'abord, on commence par bien mouiller le terreau. On a utilisé du terreau universel qu'on a acheté en gros sac chez les pépiniéristes d'à côté, mais depuis j'ai appris qu'on pouvait en faire facilement (soit avec des feuilles mortes, ou en faisant un mélange compost/terre), mais on n'a pas encore testé.

    Je vous conseille juste d'utiliser une terre qui n'a pas trop d'écorce et de fibre de bois, car je trouve que ça assèche beaucoup les mottes (et les semis en général), et dans ce cas attention à l'arrosage !

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Donc on mouille généreusement la terre (on peut mettre évidemment des gants hein...)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Pour savoir si c'est la bonne consistance, on doit pouvoir facilement modeler une boule avec,

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    et quand on presse la terre dans la main, il y a un peu d'eau qui s'écoule.

    Je vous rassure, on prend très vite l'habitude de reconnaitre la bonne consistance, et maintenant je prépare la terre sans me laver les mains dedans, promis !

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Ensuite on va presser le presse-motte dans le terreau, plusieurs fois pour bien qu'il y en ai dans chaque compartiment. Pour vérifier que ce soit bien rempli, je n'hésite pas a regarder en dessous et à appuyer un peu sur la terre pour voir si c'est bien rempli partout.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et ensuite, il n'y a plus qu'à presser sur la poignée pour libérer les mottes ! On les a faites sur des grands plateaux que le Doudoucha a récupérés aux encombrants (je crois que c'était une table à l'origine, mais ils sont absolument parfaits ainsi !)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Il y a un trou pour l'emplacement de la graine, et il n'y a plus qu'à semer dedans, un graine par motte.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Nos renardeaux ont pris beaucoup de plaisir à faire les premiers semis (bon après, quand ils ont vu qu'on en faisait tous les weekend, ils ont fini par se lasser haha !)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    On a récupéré des petits bouts de cagette pour faire les étiquettes, et voilà !

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Comme la terre est très humide, il n'y a pas besoin d'arroser tout de suite, et on l'a ensuite fait par le bas, en versant juste de l'eau sur le plateau pour ne pas trop mouiller les feuilles...

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Bon, ensuite, j'ai pris le pli avec le presse-mottes (finalement c'est moi qui ai géré tous les semis cette année, alors que c'est le chéri qui les faisaient les années précédentes, mais je suis en congé parental donc j'ai plus de temps, et surtout, j'ai développé une véritable passion pour mes petits plants chéris...)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    J'ai lancé une tournée monumentale de tomates (avec uniquement des graines récupérées), je les ai faites un peu tardivement celles-ci, donc elles ne seront prêtes que fin mai, mais c'était surtout pour donner aux copains, et avoir des plants en plus au cas où. (d'ailleurs si vous habitez dans le coin de la Seine et Marne,n'hésitez pas à m'envoyer un mail, on va avoir du surplus !)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et voilà les premiers plants qui lèvent après quelques semaines. On teste beaucoup de nouveautés cette année, ci-dessus, des plants d'artichaut..

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et là, des cornichons et concombres déjà bien grands, que j'ai ensuite repiqués.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Le presse-mottes m'a aussi bien aidé pour certains semis que j'avais fait d'abord dans des barquettes (par exemple ces petites fleurs reine-marguerite), car les graines sont parfois trop petites pour être semées une par une, donc dans ce cas j'en sème plein dans une barquette avec peu de terre, puis je repique dans les mottes.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Alors après, évidemment, il faut repiquer la plupart des plants, et alors là, on utilise des pots de récup, mais pour le démarrage on gagne beaucoup de place avec les mottes, on n'a pas besoin de 200 pots (dans le cageot ci-dessous, il y a 77 mottes de tomates, on peut difficilement faire mieux !) ni de beaucoup de terre pour démarrer.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et voilà les tomates les plus avancées, qu'on a semé tout début mars, et qui viennent d'être plantées directement dans le jardin, dans la serre. On avait fait quelques plant plus tôt que les autres en sachant qu'ils iraient dans la serre.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et on en parle de ce chou kale en pleine croissance ? Autant on est maintenant habitués à voir la tête des premières pousses de tomates, autant je voue une admiration sans limite à ces petits choux ! (y a t-il d'autres fada comme moi dans l'assistance ?)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Bref, voilà pour le moment, maintenant les plants sont un peu plus avancés, il faudrait que je prenne quasiment des photos tous les jours pour voir l'évolution !
    Je prends énormément de plaisir à jardiner cette année, je fais encore des erreurs, évidemment, mais j'apprends beaucoup et je bichonne tous mes petits plants en espérant qu'ils nous régaleront longtemps !

    Pour les erreurs à éviter l'an prochain, commencer à semer les aubergines et poivrons dès le mois de février, on a attendu début mars, je savais que c'était long et j'ai donc semé avant les tomates, mais 2 mois après, ils sont encore petits et je ne suis pas sûre de pouvoir les planter au jardin mi-mai...

    Quant aux tomates, j'en prévoirai plus dès le départ, même si je suis contente d'avoir échelonné !

    Voilà, maintenant j'attends avec impatience le retour des vrais beaux jours (même si je suis ravie qu'il pleuve enfin pour remplir toutes les cuves) pour pouvoir planter tout ce petit monde au potager, et vous faire visiter tout ça virtuellement (sûrement en vidéo), parce qu'évidemment, ça a énormément changé depuis l'an dernier !

    Je vous souhaite une douce fin de journée, et je vous retrouve tout bientôt pour vous présenter le nouvel habitant du Terrier :)
    (vous pouvez essayer de deviner dans les commentaires, sauf ceux qui ont déjà vu l'info sur instagram évidemment !, et je vous préviens tout de suite, ce n'est pas un humain de plus !)

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    Pin It

    4 commentaires
  • Il est de ces projets qu'on mûrit pendant des années, qu'on réfléchit soigneusement, qu'on prépare longtemps avant de les mettre en œuvre...

    Et puis il y a aussi les choses qu'on fait sur un coup de tête, en quelques heures et qui finalement sont encore plus chouettes !

    Dans notre jardin, on fait surtout au coup de tête, à l'envi, à l'instinct (qui ne fonctionne pas toujours hein, loin de là), mais au moins on est très souvent raccord avec le chéri, et quand on se lance dans un projet, on y va à fond et on arrive à faire de chouettes choses rapidement.

    Mieux vaut fait que parfait.
    Better done than perfect.

    Et c'est ce qui est arrivée pour notre nouveau coin de fraisiers...

    Une butte de fraisiers au potager

    En arrivant au Terrier, il y a 6 ans, nous avons emmené les fraisiers qu'on avait installés sur notre balcon dans notre appart.
    Nous les avons replantés dans l'arrondi à côté de la maison, on trouvait ça joli, pratique, et c'était à côté de la menthe et d'autres arbustes de petits fruits qu'on a installés ensuite.

    Ils s'y sont plu, du moins on le pensait, ils ont fait de jolies fraises, et des stolons pour se reproduire. Oui, mais franchement, on n'a pas non plus eu des kilos de fraises, malgré le nombre de pieds (on en avait racheté des nouveaux en plus pour varier les espèces.).

    Alors on a admiré les fraisiers de mes parents (qui habitent près de chez nous, donc même climat), qui sont installés sur une butte dans leur jardin, plein sud.

    Et on s'est dit que les nôtres étaient quand même à l'ombre une bonne partie de la journée, et qu'il faudrait leur trouver une nouvelle place.
    Oui, mais pas le temps, d'autres projets, pas d'idée de place... On a laissé les fraisiers dans leur coin.

    Jusqu'à la semaine dernière. Nos voisins du bout de la rue ont cassé un cabanon en brique au fond de leur jardin qui tombait en ruine. On a récupéré les briques qu'ils ne voulaient pas garder, et puis j'ai repensé au parcours des enfants, celui qu'on leur avait installé il y a longtemps avec les rondins des arbres qu'on avait dû abattre. (je vous mets le lien ici de l'article dans lequel on l'aperçoit en vidéo, ça date et ça a tant changé depuis !)

    Une butte de fraisiers au potager

    Il y a une belle butte au bout de leur parcours, et l'endroit est très bien exposé. On a donc décidé de garder le versant sud pour y mettre les fraisiers, et l'idée a enchanté les enfants. Pensez, ils pourront grignoter des fraises sur leur parcours de jeu !

    Une butte de fraisiers au potager

    On a donc délimité 3 étages, qu'on a nettoyé à la petite pioche, et nous les avons ensuite remplis de terreau.

    Une butte de fraisiers au potager

    On a laissé l'herbe là où on n'avait pas prévu de mettre des fraises, ça permet de tenir les briques qu'on a juste un peu enterrées dans le sol.

    Une butte de fraisiers au potager

    Et voilà l'escalier terminé ! On y a mis tous les plants de fraisiers qui étaient à côté de la rhubarbe (plus 2 petits nouveaux qu'on avait acheté il y a quelques semaines), ça en fait vraiment beaucoup, une bonne quarantaine.

    Une butte de fraisiers au potager

    Comme c'est plein sud et que l'escalier rendra le sol plus sec que là où ils étaient avant, j'ai bien paillé les fraisiers avec du foin qui nous restait, pour garder l'humidité après les arrosages.

    Une butte de fraisiers au potager

    Et voilà, maintenant il n'y a plus qu'à patienter un peu :)

    Une butte de fraisiers au potager

    Je trouve le rendu très esthétique, et ça nous plait beaucoup. Depuis que nous avons emménagé, on avait surtout essayé de rendre le jardin fonctionnel, donc c'est un vrai plaisir cette année, que de prendre le temps de faire des jolies choses pour embellir le jardin.
    Et si en plus c'est pratique, et rapide à mettre en place, alors c'est encore mieux !

    Une butte de fraisiers au potager

    J'en profite aussi pour vous montrer le bac de fraisiers des enfants. Ils ont un livre de jardinage (qui n'est plus édité et c'est bien dommage car il est génial), qui propose des idées pour que les enfants installent facilement des petites cultures qui fonctionnent bien, et évidemment les fraises en font partie.
    Ils ont donc installé ce petit bac de fraisiers juste à côté de la maison.

    Une butte de fraisiers au potager

    Une bassine en émail avec un autre pot à l'intérieur, pour faire un étage et que les fraises prennent plus facilement le soleil.

    Une butte de fraisiers au potager

    Trois fraisiers dans le pot du haut, 5 dans celui du bas, on a bien paillé car ça chauffe bien devant la maison en été, et comme on passe devant tous les jours, on ne risque pas d'oublier d'arroser, ou de tourner le pot de temps en temps !

    Une butte de fraisiers au potager

    Voilà, j'espère que ça vous donnera envie de vous lancer dans la culture de fraisiers si ce n'est pas encore fait, et que ça vous plaira :)
    Et puis, plus que ça, j'espère aussi que ça vous donnera envie de mener à bien des projets, mêmes petits, qui ont l'avantage d'être réalisables facilement,
    et quoi de mieux pour ça que de commencer en semant quelques graines ?
    Je trouve que le potager et le jardin sont de merveilleux moyens de se faire du bien, d'être fier de soi, d'essuyer des échecs évidemment, mais aussi d'apprendre de ses erreurs et d'en ressortir plein d'humilité et de nouveaux projets !

    Bref, le jardinage comme remède à la mélancolie et à bien des maux, ça vous parle ? :)

    Je vous souhaite un douce fin de journée,

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    EDIT : Comme vous avez été plusieurs à me demander les références du livre dont je vous parlais plus haut, je suis allée le prendre en photo et j'ai même fini par le retrouver sur le site de la maison d'édition, j'avais mal cherché, et bonne nouvelle donc : il est toujours édité !

    C'est le livre J'apprends à jardiner aux éditions Usborne.

    Une butte de fraisiers au potager

    Il est rempli de conseils pratiques adaptés aux enfants et même aux adultes voulant apprendre à jardiner.

    Il est joyeux et coloré, mais ce que j'aime surtout c'est qu'il aborde des thèmes qu'on ne retrouve pas forcément d'habitude dans les livres de jardinage pour enfants.

    Par exemple, les associations de culture,

    Une butte de fraisiers au potager

    ou bien la culture des choux asiatiques, ça change des tomates cerises et des fraises !

    Une butte de fraisiers au potager

    Bref, il est vraiment très chouette et j'ai appris beaucoup de petites astuces en le lisant, même si je jardine déjà depuis quelques années.
    (c'est juste dommage que la maison d'édition imprime ses bouquins en Chine, hum...)

    Une butte de fraisiers au potager

    Voilà, fin de la parenthèse :)

    Pin It

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique