• Le retour des écolotrucs, youpiiii !

    Les écolotrucs - N°5 - Fabriquer ses éponges (tawashi)

    Il fallait absolument que je vous parle de ce petit bricolage rapide et écologique, qui permet de

    fabriquer ses éponges !

    Les tawashi deviennent de plus en plus à la mode : ce sont des éponges fabriquée au crochet !

    Lilacam, du blog Fabriqué en Utopie a trouvé une merveilleuse idée pour faire des tawashi sans savoir crocheter :
    en tissant des tissus recyclés !

    Les écolotrucs - N°5 - Fabriquer ses éponges (tawashi)

    Je ne vous ferai pas de tutoriel, car le sien est absolument parfait et très détaillé, mais promis, c'est vraiment simplissime !

    Les écolotrucs - N°5 - Fabriquer ses éponges (tawashi)

    J'ai récupéré un morceau de planche de bois qui trainait dans mon grenier, quelques clous pas tous de la même taille, et hop, voilà mon support à tisser.

    Les écolotrucs - N°5 - Fabriquer ses éponges (tawashi)

    Et pour les chutes de vêtements, j'ai découpé des manches de tee-shirt qui étaient destinés à la poubelle car trop portés ou tâchés.

    Les écolotrucs - N°5 - Fabriquer ses éponges (tawashi)

    Au final, je trouve que mes éponges sont bien plus jolies que celles d'avant, et même s'il faut prendre l'habitude de les utiliser
    (car ce n'est pas tout à fait pareil), c'est vraiment chouette !

    Les écolotrucs - N°5 - Fabriquer ses éponges (tawashi)

    Et puis l'avantage, c'est qu'on peut les passer à la machine sans problème ;)

    Les écolotrucs - N°5 - Fabriquer ses éponges (tawashi)

    Bref, je ne sais plus quoi ajouter pour vous convertir, héhé !

    Les écolotrucs - N°5 - Fabriquer ses éponges (tawashi)

    Ca vous tente ? Vous connaissiez déjà les tawashi ?

    Je vous souhaite une belle journée ♥

    Bises

    Chlouwy

    Pin It

    17 commentaires
  • Voilà enfin le retour des écolotrucs ! Il était temps !

    Ce n'est pas que nous avons arrêté d'être écolos depuis le dernier post, mais plutôt que je n'avais plus le temps de vous faire un bel article digne de ce nom !

    Et le quatrième truc de cette série écologique...

    Les écolotrucs - N°4 - Stop à la pub !

    Plus de publicité dans la boite aux lettres !

    Dès que nous avons emménagé dans notre ancien appartement, je me suis empressée d'afficher clairement sur notre boite aux lettres que nous ne souhaitions pas de publicité.

    Hormis quelques illettrés personnes insistantes qui mettaient quand même des prospectus, nous avions quand même réussi à réduire le volume de nos déchets recyclables.

    Et puis nous avons déménagé.

    Le temps de nous installer, de prendre nos marques...

    Et voilà déjà une tonne de publicité ! Grrrr...

    Aux grands maux les grands remèdes, j'ai refais une belle étiquette, et je la partage avec vous aujourd'hui...

    Les écolotrucs - N°4 - Stop à la pub !

    J'ai ajouté deux étiquettes vides, vous pouvez vous en servir pour mettre votre nom, ou votre numéro de rue, ou ce que vous voulez après tout !

    Cliquez sur l'image pour l'ouvrir en pdf, puis y'a plus qu'à l'enregistrer et à l'imprimer !

    Les écolotrucs - N°4 - Stop à la pub !

    Vous pouvez l'imprimer sur une feuille recyclée (qui a déjà servi de l'autre côté),
    je l'ai fait et sincèrement, on ne voir rien du tout !
    Les décorations sont faites avec des tampons et quelques coups de feutres.

    Ensuite on plastifie pour que ça résiste à toutes les intempéries :)
    (Si vous n'avez pas de plastifieuse, du scotch ça va, ou une pochette de classeur aussi !)

    Les écolotrucs - N°4 - Stop à la pub !

    (Pensez à écrire dans les étiquettes AVANT de plastifier, hein !)

    Et on colle sur la boite aux lettres avec du double face !

    Les écolotrucs - N°4 - Stop à la pub !

    J'en ai profité pour sortir mes Posca et décorer tout le devant de la boite, elle est plus joyeuse comme ça non ? ;)

    Les écolotrucs - N°4 - Stop à la pub !

    Et vous, quels sont vos petits trucs pour produire moins de déchets ?
    Je suis pressée de vous lire ^_^

    Les écolotrucs - N°4 - Stop à la pub !

    Et puis si vous utilisez mon étiquette, n'hésitez pas à m'envoyer une photo, ça me ferait plaisir de voir que ça sert ;)

    Bisous

    Chlouwy

    PS : Les autres écolotrucs, c'est par ici :)

     

    Pin It

    10 commentaires
  • Du 22 au 30 novembre 2014, c'est la

    SEMAINE EUROPÉENNE DE LA RÉDUCTION DES DÉCHETS

    A cette occasion, je vous propose un article par jour pendant une semaine pour vous parler de notre expérience avec

    LES COUCHES LAVABLES

     

     

    Et aujourd'hui, nous commençons par...

    Pourquoi prendre des couches lavables ?
    (Les avantages des couches lavables)

    Si les inconvénients des couches lavables apparaissent évidents pour bons nombres d’entre nous (« c’est sale », « ça va vous faire des tonnes de machines en plus ! », « on se croirait au temps de ma grand-mère »)
    (alors qu’en réalité il n’en est rien !), les avantages ne tombent pas forcément sous le sens.
    Et pourtant, il y en a !

    Les couches lavables - Pour ou contre ?

    • Pour la planète d’abord
      (c’est la semaine de réduction des déchets quand même !)
      Il faut savoir qu’un enfant qui porte des couches jetables jusqu’à 2 ans et demi génère
      800kg de déchets
      soit 20 m3 (une piscine familiale remplie de couches sales, ça fait rêver, non ?).
      Et toutes ces couches sont ensuite enfouies ou incinérées car il n’existe pas de moyens de les revaloriser,
      tu m’étonnes.
      Sur la France, cela représente entre 700 000 et 1,8 millions de tonnes de couches par an et autant de déchets pour notre planète.
      Je sais pas pour vous, mais moi ça me fait froid dans le dos.

      Les couches lavables ont un impact climatique bien inférieur aux jetables lors de leur fabrication, et même si il faut consommer de l’électricité et de l’eau pour les laver, on réduit son impact sur l’environnement de 13% par rapport aux jetables (et 37% si elles servent à un 2e enfant !)

    • Pour votre porte-monnaie :
      Cela revient deux à trois fois moins cher que des couches jetables
      (surtout si vous avez plusieurs enfants !).
      En effet, si on considère qu’on utilise environ 5 couches par jour pendant 2 ans et demi cela représente environ 4500 couches par enfant.
      Selon les marques que vous achetez, vous en aurez pour 750 à 2000 €. Et il faut ajouter à cela les déplacements pour faire les courses et les coûts liés aux déchets (services municipaux).

      Comparons aux lavables maintenant. On estime qu’il faut compter entre 400 et 600 € pour acheter suffisamment de couches lavables ainsi que les voiles de protection. Les études se basent sur une moyenne de 24 à 40 couches lavables par enfant.
      Personnellement, nous en avons eu, pour l’instant pour 290€, en achetant d’occasion, et même si nous devrons probablement racheter des voiles de protection, nous avons 80 couches, ce qui est largement suffisant pour aller jusqu’à la propreté.
      On ajoute à cela environ 90€ de lessive/eau/électricité supplémentaires,
      et on atteint moins de 400€ pour nous.
      Ah et puis évidemment, les 2000€ de couches jetables, c’est pour chaque enfant. Alors que les lavables resservent à tous vos bambins.
      Le choix est vite fait, non ?

    Les couches lavables - Pour ou contre ?

    • Pour votre bébé :
      Hé oui, des couches jetables qui sentent la rose ça a un prix : celui des petites fesses de votre bébé.
      Les couches jetables sont en effet bourrées de lotions qui sont allergisantes pour les bébés :
      parfums de synthèse, conservateurs… Pas étonnant qu’on nous prescrive de la crème contre les érythèmes fessiers dès la sortie de la maternité.
      Nous avons utilisé des couches jetables (pourtant écologiques) pour notre p ‘tit renard quand nous étions à la maternité : il a eu de grosses rougeurs dès les premiers jours. A partir du moment où nous sommes passés au lavables, cela a été radical : plus aucune réaction !

    Voilà en prime un petit tableau récapitulatif 
    pour un enfant de la naissance à la propreté (2 ans et demi)

    Les couches lavables - Pour ou contre ?

    Et les couches lavables sont encore plus avantageuses si vous avez plusieurs enfants, puisqu’on ne rachète que les voiles de protection !

    Et pour finir, en plus de tous ces avantages à la couches lavable, et pour être sûre de vous faire craquer, osez me dire que les couches lavables c’est préhistorique :

    http://www.syndicatdescramades.fr/wp-content/uploads/2012/04/couches-lavables-2-150x150.jpg

    Tellement mignon, non ?

     Tous les chiffres de cet article proviennent d’une étude effectuée en 2011 par France Nature Environnement. Vous pouvez la retrouver dans son intégralité ici.

    Et demain, je vous présenterai les différentes sortes de couches lavables, histoire que vous vous y retrouviez dans cet univers…

    A demain les pingouins !

    Vous pouvez retrouver les autres articles sur les couches lavables :
    Les couches lavables (1) - Pour ou contre les couches lavables

    Les couches lavables (2) - Les différents types de couches lavables
    Les couches lavables (3) - Comment ça marche les couches lavables ?
    Les couches lavables (4) - Entretien des couches lavables
    Les couches lavables (5) - Test comparatif des couches TE1 et TE2
    Les couches lavables (6) - Test comparatif des couches + culottes de protectionLes couches lavables (7) - Derniers conseils avant de se lancer

    Pin It

    7 commentaires
  • Eh oui, les écolotrucs sont de retour !

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Aujourd'hui je vous propose de découvrir comment nous essayons au quotidien de jeter le moins de choses possible : en achetant ou fabriquant des objets lavables qui nous servent plusieurs fois !

    Avant de commencer, je vous rappelle que cette  rubrique n'est nullement prescriptive, je ne suis pas là pour vous faire la morale ou pour critiquer votre façon de vivre, mais bel et bien de vous faire partager ma vision des choses et surtout nos actions quotidiennes pour préserver la planète.
    J'espère surtout à travers ces articles vous montrer qu'il est facile de faire des choses à notre échelle, et peut-être vous donner envie d'en faire autant !

    Voilà, parenthèse refermée, c'est parti !

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Quand nous avons commencé à vivre ensemble avec mon Doudoucha, nous nous sommes vite aperçu que la plupart de nos déchets pouvaient être réduits : en consommant moins pour commencer, mais aussi en consommant mieux.

    Allons faire un tour du côté des poubelles de la cuisine : les déchets organiques, on en fait notre affaire avec notre lombricompost ; les cartons et autres emballages plastiques sont recyclés, il reste quelques déchets que nous ne pouvons malheureusement pas faire disparaitre comme par magie.

    Soit.

    Mais allons faire un tour du côté de la salle de bain...

    Ah, là, il y a matière à faire plus écologique !

    Certes je ne vais pas vous faire acheter des cotons-tige ou du PQ réutilisable, ce serait franchement pas très propre, mais pour le reste, on peut carrément s'arranger pour utiliser des choses lavables : lingettes, cotons démaquillants, couches lavables, coussinets d'allaitement et même coupe menstruelle !

    Cela nous permet de réduire considérablement le nombre de déchets, n'augmente pas le nombre de lessive pour autant, et pour peu que vous soyez un peu couturier, vous pouvez les faire vous-même !

    Petit tour d'horizon de nos trésors lavables et réutilisables...

    ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ♣ ♣ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦

    Nos cotons pour se démaquiller, ou pour se débarbouiller le visage

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Ils me servent essentiellement à me démaquiller. Pour tout ce qui est soin du visage du p'tit renard, nous utilisons tout de même du coton ou des compresses jetables, par mesure d'hygiène, même si je pense qu'à la longue, on finira par les utiliser pour lui aussi !

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Nous les avons acheté neufs, ils sont fabriqués en France par les Tendances d'Emma, dans des tissus certifiés écologiques et sont même éthiques puisqu'ils sont confectionnés par des détenus en démarche de réinsertion !
    (Vous en saurez plus sur leur site)

    ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ♣ ♣ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦

    Les débarbouillettes : très pratiques à la place de l'essuie-tout !

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    On s'en sert pour débarbouiller le visage, les mains du p'tit renard.
    Elles viennent aussi des Tendances d'Emma.

    ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ♣ ♣ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦

    Les vieux tissus et les vielles chaussettes trouées dépareillées

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Ils sont découpés et nous servent ensuite à la place de l'essuie-tout pour nettoyer les carreaux ou le sol quand on renverse quelque chose.

    ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ♣ ♣ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦

    La coupe menstruelle

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Qu'est-ce que c'est que ce truc ?

    C'est pas compliqué : il s'agit d'une alternative écolo aux serviettes hygiéniques et tampons des mesdames.
    On l'insère dans le vagin, hop ! On la vide et on la rince le matin et le soir, hop !
    Un petit coup d'eau bouillante en fin de cycle pour la stériliser et c'est parti pour le mois suivant !

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Je pourrais vous parler très longtemps des avantages de cette méthode plutôt que de l'utilisation des tampons traditionnels, mais on en aurait pour des heures, alors si vous avez vraiment envie que je vous en parle, laissez-moi un p'tit mot en commentaire et je ferai un article dédié sur ça, promis

    Sinon, vous pouvez regarder la très drôle vidéo de Sophie (bon, quand même, âmes très sensibles s'abstenir ) qui vous dresse tous ses avantages avec beaucoup d'humour !

    ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ♣ ♣ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦

    Les lingettes lavables

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Elles nous servent pour nettoyer le p'tit renard quand on lui change sa couche. Celles-ci ont été fabriquées soit avec des morceaux de polaire ou bien achetées d'occasion avec des couches lavables (on y vient !)

    ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ♣ ♣ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦

    Les couches lavables

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Nous avons voulu tenter l'expérience en achetant quelques couches lavables d'occasion avant la naissance du p'tit renard, et depuis le 6e jour de sa vie, il n'a rien eu d'autre sur ses fesses et ne s'en porte pas plus mal, bien au contraire ! Outre les aspects écologiques et économiques (surtout si vous achetez d'occasion comme nous l'avons fait), elles sont bien meilleures pour la santé de bébé (aucune irritation, rougeurs, alors qu'il avait réussi à en avoir avec 4 jours de couches jetables à la maternité !)

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Bref, je vous ferai part de notre expérience de couches lavables prochainement pour vous présenter les différents modèles qui existent, les quelques marques que nous avons expérimentées, et des p'tits trucs et astuces d'entretien ;)

    ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ♣ ♣ ● ◦ ● ◦ ● ◦ ● ◦

    Les coussinets d'allaitement

    Les écolotrucs - N°3 - Privilégier le lavable au jetable

    Denier petit trucs à partager avec les mamans qui allaitent : les coussinets d'allaitement avec une couche en PUL sont super absorbants, aucun risque d'avoir ses vêtements trempés !

    Je voulais les faire moi-même, mais finalement j'ai opté pour ceux-ci que nous avons trouvés dans notre magasin bio, de la marque Mademoiselle Papillonne : ils sont parfaits pour moi, et surtout, en plus d'être en bambou certifié Oeko-Tex, ils sont fabriqués juste à côté de chez nous, en Champagne-Ardennes.

    Voilà pour nos p'tits trucs lavables !

    Et vous, vous faites quoi au quotidien pour consommer moins ? ;)

    Vous pouvez retrouver les autres écolotrucs ici 

    Bisous pleins de paillettes les chouettes !

    Pin It

    16 commentaires
  • Après le jardinage, quoi de plus normal que de vous proposer une technique pour avoir de l'engrais maison écolo et gratuit :)

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques

    Pour faire son compost maison, soit on habite à la campagne, on a un grand jardin, et on a un composteur au fond du jardin, qui ressemble à peu près à ça :

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques

     

    ... et dans ce cas, on n'a pas grand chose d'autre à faire que d'y jeter ses déchets organiques et d'attendre que la nature fasse son travail...

    Soit on habite en ville, et c'est tout de suite plus compliqué.
    Pas facile en effet de stocker un composteur en bois d'un mètre cube sur son balcon, surtout qu'il faut quand même que des lombrics puissent y avoir accès !

    La solution : avoir un lombricomposteur.
    Je vous vois venir : "Ahh, mais c'est dégoutant, berk des vers!"... Oui certes, y'a des vers, mais ils sont tout petits, et normalement, on n'a pas trop besoin de les côtoyer !

    Mais d'abord, pourquoi faire son compost ?

    • Parce que c'est gratuit et que ça ne prend pas plus de temps que de jeter à la poubelle
    • Parce que ça réduit considérablement le volume de votre poubelle de déchets (surtout en été, si vous faites la cuisine et que vous mangez des légumes !)
    • Parce que beaucoup de matières sont organiques et donc potentiellement compostables (oui, même vos vieux mouchoirs sales !)
    • Parce que si vous avez un potager, une jardinière sur votre balcon avec des fleurs, ou même une ou deux plantes vertes dans votre intérieur, vous obtiendrez un compost super écolo et naturel (et même que c'est vous qui l'avez fait tout seul - petite fierté personnelle!)

    Maintenant laissez-moi vous présenter la bête - j'ai nommé :

    LE LOMBRICOMPOSTEUR

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques
    (A gauche : poubellus vulgaris ; à droite : magnificus lombricompostas)

    Comme son nom l'indique, il contient des vers (des p'tits lombrics) qui vont se nourrir chaque jour des déchets que vous leur fournissez et qui vont vous offrir en échange un compost de qualité, qui ferait de l'ombre à n'importe quel terreau écolo.
    Les vers s'autorégulent : ils se reproduisent quand il fait une température optimale et quand ils ont suffisamment de nourriture et de place, et arrêtent de copuler quand ils sont trop nombreux (ou qu'il fait froid, ou qu'il n'y a plus rien à manger !).

    Alors laissez-moi vous rassurer et aller contre tous les clichés qui nous viennent quand on pense à un lombricomposteur dans sa maison (parce que oui, ça se met à l'intérieur de la maison !) :

    Non, ça ne sent absolument RIEN !
    Non, on n'a pas besoin de tripoter les vers (sauf si on a envie, hein !)
    Non, ça ne nécessite pas un entretien de folie
    Non, les vers ne peuvent pas se sauver !
    Oui, vous pouvez partir en vacances comme avant, ils s'en sortiront très bien sans vous ! (même si vous partez 2 mois et que Tatie Simone n'est pas très open pour nourrir votre ménagerie !)

    Allez, maintenant que vous êtes un peu intrigué, je vais vous expliquer comment ça fonctionne...

    D'abord, il vous faut un lombricomposteur. Forcément. Soit vous le fabriquez, en suivant des tutoriels très bien faits comme celui-ci ou celui-là (et c'est une démarche d'autant plus écolo, que vous vous en sortirez pour pas cher du tout), soit vous l'achetez (c'est ce qu'on a fait - même si c'est la solution la moins écolo des 2), il en existe plein de modèles différents :

    lombricomposteur wormbox noir 

    Il vous faut aussi des vers, mais pas n'importe lesquels : les Eisenia Andrei, les Eisenia Fetida ou encore les Dendrobaena Veneta. Si vous achetez votre lombricomposteur, il y a de fortes chances pour qu'il y ait des vers dans le kit de démarrage, sinon il existe des "techniques" pour vous en procurer : en prélever dans le lombricompost de quelqu'un, ou bien dans un tas de fumier, ou en forêt en automne quand il fait humide, ou encore sur internet où il y a une véritable communauté de personnes prêtes à vous donner une partie de leurs vers.
    Seule chose importante : il ne faut pas mélanger plusieurs variétés de vers, car elles ne cohabitent pas bien ensemble.

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques
    (Nos petits vers lorsque nous les avons reçus, miam !)

    Et voilà, c'est à peu près tout ce qu'il faut pour commencer !

    Le lombricomposteur se compose de différents bac de compostage, dans lesquels vous allez mettre vos déchets. Au début il n'y a qu'un bac, et quand ce dernier est assez rempli, on en rajoute un autre par dessus.
    Comme les bacs sont troués dans le fond, les vers peuvent passer de l'un à l'autre.
    On ajoute ainsi les bacs au fur et à mesure des déchets que l'on y ajoute, et les vers s'occupent de faire le travail de décomposition.
    En général, il y a un bac de récupération du "thé de compost" en bas (c'est un engrais liquide que l'on dilue à 1/10 pour arroser ses plantes), c'est pour cela qu'il y a un robinet dans les lombricomposteurs du commerce.

    Les 4 étapes du lombricompostage
    (Source : FT Media)

    Maintenant que vous savez comment ça fonctionne, vous devez savoir ce qu'on peut donner à manger aux vers :

    • Les épluchures de fruits, de légumes.
    • Les pâtes cuites, le riz, et les céréales cuites en général (comme celles qui restent au fond de l'évier quand on égoutte sa casserole)
    • Le marc de café, le thé (avec le sachet et les filtres !)
    • Les coquilles d’œuf, les mouchoirs sales (sans produits dessus), l'essuie-tout, le carton, le papier...

    Par contre, il ne faut pas donner :

    • Des matières animales (excréments, viande, os, fromage...)
    • Des matières grasses, qui étouffent les vers
    • de l'ail, de l'oignon, des agrumes (car c'est vermifuge en grande quantité).

    Dans tous les cas, sachez que plus les déchets sont hachés-menus et plus ils seront décomposés rapidement !

    Autre chose importante à savoir : les vers ont besoin de beaucoup de matière carbonée (carton ou papier coupés en petits morceaux, mouchoirs sales, essuie-tout, sachets en papier, papier journal...). C'est ce qui va faire que votre compost ne sera pas trop liquide, et c'est ce qui va assurer le bon équilibre de votre composteur. Il en faut 20 à 30 % du total de vos déchets.

    Voilà, vous savez presque tout sur le compostage, vous pouvez vous lancer !

    Pensez juste à ces quelques astuces pour que vos vers aillent bien : aérer régulièrement le compost (en mélangeant avec une cuillère en bois, ou une pelle ou même des gants), récupérer le thé de compost quand il y en a, et ajouter un bac quand le précédent est rempli !

    Voici notre lombricomposteur aujourd'hui, commencé il y a 5 mois (nous le mettons sur le balcon en été, et nous le rentrons dès qu'il fait moins de 15°C ou plus de 30°C car alors les vers  décomposent les déchets beaucoup moins vite.)

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques

    Le plateau du haut, dans lequel nous mettons les déchets actuels (pas coupés très petits, certes, on peut mieux faire...) :

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques

    Les deux plateaux intermédiaires, dans lesquels les vers continuent de décomposer la matière :

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques
    (Si on regarde bien, on peut même voir germer des graines ! Sûrement des pépins de fruits ou légumes...)

    Le dernier plateau, dans lequel il y a du beau compost, prêt à être utilisé ! (avec les déchets d'il y a 5 mois, donc)

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques

    Pour récupérer le compost (sans partir à la chasse aux vers avec les doigts), voilà une technique : mettre le dernier plateau (celui avec le beau compost) au dessus de tous les autres, et ouvrir le couvercle : les vers qui n'aiment pas du tout la lumière vont se réfugier dans le bac du dessous. On remue le compost avec une cuillère en bois (ou des gants) histoire de chasser les vers qui restent, et voilà !
    (Mais normalement il n'y a presque plus de vers dans ce bac, car la matière est entièrement décomposée, et il y a plus à manger dans les autres plateaux !)

    Si vous vous lancez dans l'aventure, je ne peux que vous conseiller de télécharger ce document - qui est ma bible en matière de lombricompostage :

    Les écolotrucs - N°2 - Composter ses déchets organiques
    (clic sur l'image !)

    Vous y trouverez des explications beaucoup plus détaillées, des photos, des schémas clairs, et des conseils et astuces très utiles !

     J'espère avoir réussi à vous donner envie de faire un compost chez vous, et n'hésitez surtout pas à poser vos questions en commentaire, j'essaierai d'y répondre avec notre petite expérience de 5 mois :)

    ♥ Bises à tous les pamplemousses ! ♥

    Edit de mars 2015 : Il existe une nouvelle marque, La boite à terre, qui commercialise un lombricompost en bois, et fabriqué en France ! Donc si vous souhaitez vous en procurer un, vous pouvez choisir à présent un en bois ou un en plastique !

    Edit d'avril 2016 : Maintenant que nous avons acheté une maison avec un immense jardin, nous avons un compost dans le jardin, ce qui ne nous empêche pas de continuer le lombricompost à la maison : la décomposition est très très rapide, on obtient du super terreau très riche, et on y met maintenant exclusivement des choses qui se décomposent rapidement (pâtes, riz, petites épluchures, café, thé, papier, cartons, mouchoirs), et les gros déchets verts de cuisine vont au compost du jardin. Et c'est aussi très pratique en hiver quand on a la flemme de sortir dans le jardin avec ses déchets ;)

    Pin It

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique