• Aujourd’hui, je vous raconte une histoire un peu particulière, celle de ce sweat (mais pas seulement).

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    Décembre dernier. Je suis en pleins préparatifs des cadeaux de noël, et en achetant des fournitures pour mes cadeaux cousus, je tombe sur cette merveille de tissu coloré. Oui, il y a des lamas, oui on dirait un tissu pour enfant de 14 ans, mais que voulez-vous, j’ai le coup de foudre.
    J’en achète donc un coupon pour me coudre un sweat d’allaitement, avec le patron Pêche Melma que j’avais déjà utilisé pour me coudre une robe. Je trouve même des bords côte colorés (des fois qu’on manque un peu de couleur hein !).

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    Je le couds, je l’enfile, je l’adore. Il est parfait.

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    Je le porte une fois ou deux, dont à Noël, parce que voyez-vous quand je me couds des vêtements, j’aime les porter à des moments particuliers, pas pour trainer à la maison, ou pour sortir les poubelles.

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    Et puis il y a eu l’hiver long, interminable, le covid toujours là, les copains qu’on n’a pas trop vus, les sorties qu’on a annulées... et le sweat que je n’ai que trop peu enfilé. Et pourtant ce n’est pas faute de le contempler dans mon placard en songeant aux prochains moments où je pourrais le porter. 

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    Puis, il y a quelques jours, on profite d’un examen médical que je dois faire à Paris pour partir avec le chéri (et baby renarde, les deux grands étant restés chez mes parents), et pour enfin profiter (un peu) d’un resto en terrasse, et de se promener dans les rues de Paris.
    Autant vous dire évidemment que j’avais mis mon sweat préféré ♥

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    Bon, et puis les choses ont finalement plutôt mal tournées, d’un petit examen qui paraissait anodin, je me suis retrouvée en quelques heures plongée dans l’angoisse, le stress, dans une chambre d’hôpital à passer toute une série d’examens dont je passerai les détails.

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    Un diagnostic posé, l’encaissement de la nouvelle, et surtout une deuxième : pas d’allaitement possible. Double douche froide.

    Je passe plusieurs journées interminables (les plus longues de ma vie), seule dans ma chambre d’hôpital en attendant d’autres examens... et à tirer mon lait pour le jeter ensuite dans l’évier et éviter d’avoir en plus de tout ça une mastite aux seins.

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    J’ai même eu une petite pensée pour mon sweat qui avait si peu servi, tiens !

    Puis finalement, les médecins m’ont trouvé un traitement adapté avec l’allaitement, et les nuages ont commencé à se dissiper. J’allais bientôt rentrer chez moi, reprendre une vie normale et même pouvoir allaiter comme avant.
    Même si cela nécessite une piqûre quotidienne plutôt qu’un traitement oral, peu m’importe, je n’ai pas hésité une seconde.

    Le sweat qui avait failli ne pas servir

    Et avant-hier, je suis sortie de l’hôpital, j’ai retrouvé mon chéri, mon bébé qui m’a dit « mamaaaaannnn, téter !!!!!! » et puis j’ai enfin retrouvé mon foyer, mes proches, mes amours, et j’ai pu reprendre l’allaitement, dans mon sweat adoré.

    Autant vous dire que j'aurai une pensée émue dorénavant à chaque fois que je le porterai.

    Voilà, c’était l’histoire de ce vêtement, et un peu aussi la mienne

    Prenez soin de vous

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    ♥♥♥

    PS : ne m’en veuillez pas, j’avais très envie et besoin de me livrer ici, parce que c'est un peu chez moi, et parce que c’est encore très frais et que mine de rien ce n’est quand même pas rien, mais je n’ai pas envie non plus d’étaler tout mon dossier médical sur internet ♥

    PPS : toutes les photos ont été prises à Noël chez mes parents :)

    Pin It

    26 commentaires
  • Celles et ceux qui me suivent depuis plusieurs années reconnaitront probablement une activité que j'avais déjà proposée à ma fille, mais sous une autre forme...

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    Une boite en métal avec un couvercle, une paire de ciseaux, et hop voilà une boite à forme à moindres frais !

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    On adapte la taille et la forme du trou aux objets proposés à l'enfant.
    Moi je lui ai proposé des noix, qui font un joli tintement quand elles tombent dans la boite.

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits
    Elle a commencé à faire cette activité vers ses 9-10 mois, et à plus d'un an, ça lui plait toujours (pas autant qu'avant, mais quand même !)

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits
    ( Vous noterez la petite langue sortie, signe d'une application extrême ♥)

    On peut utiliser toutes sortes d'objets pour adapter l'activité en fonction de ce qu'on a sous la main, de notre enfant et de ses capacités : objets plus petits quand ils ont une bonne préhension, s'ils sont plus jeunes, on peut faire un trou beaucoup plus grand que l'objet, ou faire un trou tout petit et proposer des morceaux de paille, des petits bouts de bois ou des tronçons de bambous, faire une fente et donner des jetons ou des gros boutons, faire plusieurs trous de différentes formes... bref les possibilités sont presque infinies !

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    Et après, on ouvre la boite, on vide et on recommence !

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    Au bout de plusieurs longs moments de jeux (vous noterez les tenues différentes haha !), quand j'ai vu qu'elle commençait à se lasser, j'ai proposé à mon bébé d'énormes pompons.

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    Ils présentent une difficulté supplémentaire par rapport aux noix : il faut les enfoncer pour qu'ils puissent entrer dans la boite.

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    Comme il y a une petite résistance et qu'il faut mettre un peu plus de force pour les introduire dans la boite, cette petite variation a beaucoup plu à ma fille.

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    Et c'était reparti pour plusieurs chouettes moments d'activité.

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    J'adore voir sa petite bouille concentrée, et si vous l'entendiez dire "pompon !" avec sa voix de bébé, je sais que vous craqueriez comme moi ♥

    Une boite à formes facile à fabriquer pour les petits

    Voilà, j'espère que ça vous plait, même si j'imagine que c'est sûrement une activité qu vous avez déjà vue ici ou ailleurs, parfois ça a du bon de se remémorer de vieilles idées, et qui sait, peut-être qu'il y a chez vous, une boite en métal qui attend dans un fond de placard qu'un enfant s'amuse avec !

    Je vous souhaite un doux week-end, et je vous retrouve bientôt !

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    Pin It

    votre commentaire
  • Pas trop de suspense dans le titre, et encore moins si vous me suivez sur Instagram...

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Notre Pelote a eu un nouveau bébé !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Autant l'an dernier, la naissance de Lopi a vraiment été une surprise, autant cette fois-ci, on a senti le truc venir !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥
    (un petit curieux se cache sur cette photo hihi ♥)

    J'ai vraiment surveillé son état et ses attitudes pendant les dernières semaines, et nous avons vu que Pelote essayait de s'isoler des mâles, alors nous l'avons mise seule dans le pré du fond du jardin... Et le lendemain elle avait mis bas !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Nous avons assisté à ses premières minutes de vie, la voir se lever et téter pour la première fois, c'était si attendrissant ♥

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Pompon est une petite femelle, très curieuse, même si elle reste prudente (on a l'impression qu'elle l'est plus que son grand frère au même âge, est ce un instinct ?...), et elle adore courir avec Django notre chien.

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Mais sa passion dans la vie, c'est de courir après les poules. Rien ne lui fait plus plaisir, elle saute dans tous les sens pour courser les dodues, c'est tellement drôle à voir !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    On arrive même à lui faire de grosses caresses, mais pour ça il faut être très patient, et attendre qu'elle se couche devant le poulailler pour sa sieste.

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    A ce moment, elle est plus calme, et on peut s'approcher d'elle pour la caresser.

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Elle adore, et on se demande même parfois si elle n'est pas croisée avec un chien !

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Bref, maintenant la famille mouton est bien au complet, nous allons faire stériliser les mâles car malheureusement nous n'avons pas la surface pour avoir un troupeau plus important, et c'est difficile de donner un agneau qu'on a vu grandir pendant plusieurs mois. En plus, on risquerait d'avoir des croisements, donc pour le bien de tous, nous allons faire castrer les mâles.

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥

    Sur ces dernières photos qui ont été prises il y a quelques jours, on voit qu'elle a déjà bien grandi, non ?

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥
    Et ce petit museau blanc autour de la bouche me fait fondre ♥

    Une nouvelle habitante à bouclettes au Terrier... ♥
    Bref, encore une qui ne va pas manquer d'amour !!

    J'espère que ces quelques photos vous plairont, j'ai même fait un petit montage vidéo pour que vous puissiez la voir presque en vrai, j'espère que ça vous plaira (désolée d'avance pour la mauvaise qualité de prise de vue, j'ai fait ça un peu n'importe comment donc ça bouge pas mal... mais au moins vous verrez ses toutes premières minutes de vie ♥)

    Voilà j'espère que ça vous plaira, si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser dans les commentaires ♥

    Je reviens très vite pour vous raconter encore une jolie histoire de naissance, mais cette fois-ci, une histoire absolument incroyable, moi-même je ne m'en remets toujours pas !

    Bonne fin de weekend !

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    Pin It

    9 commentaires
  • A noël dernier, j'ai offert un presse-mottes au Doudoucha pour nos futurs semis.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    C'est un appareil manuel en métal qui permet de faire des mottes facilement pour les semis, et ce qui m'a séduit, c'est qu'on n'utilise pas de godets en plastique pour les faire.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et en plus, on utilise beaucoup moins de terre pour chaque graine, et on gagne du temps ! Je l'ai acheté une trentaine d'euros sur le site de la ferme de Sainte Marthe où on a l'habitude de commander nos graines.

    Je vous ai pris des photos pour vous expliquer comment ça fonctionne.

    D'abord, on commence par bien mouiller le terreau. On a utilisé du terreau universel qu'on a acheté en gros sac chez les pépiniéristes d'à côté, mais depuis j'ai appris qu'on pouvait en faire facilement (soit avec des feuilles mortes, ou en faisant un mélange compost/terre), mais on n'a pas encore testé.

    Je vous conseille juste d'utiliser une terre qui n'a pas trop d'écorce et de fibre de bois, car je trouve que ça assèche beaucoup les mottes (et les semis en général), et dans ce cas attention à l'arrosage !

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Donc on mouille généreusement la terre (on peut mettre évidemment des gants hein...)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Pour savoir si c'est la bonne consistance, on doit pouvoir facilement modeler une boule avec,

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    et quand on presse la terre dans la main, il y a un peu d'eau qui s'écoule.

    Je vous rassure, on prend très vite l'habitude de reconnaitre la bonne consistance, et maintenant je prépare la terre sans me laver les mains dedans, promis !

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Ensuite on va presser le presse-motte dans le terreau, plusieurs fois pour bien qu'il y en ai dans chaque compartiment. Pour vérifier que ce soit bien rempli, je n'hésite pas a regarder en dessous et à appuyer un peu sur la terre pour voir si c'est bien rempli partout.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et ensuite, il n'y a plus qu'à presser sur la poignée pour libérer les mottes ! On les a faites sur des grands plateaux que le Doudoucha a récupérés aux encombrants (je crois que c'était une table à l'origine, mais ils sont absolument parfaits ainsi !)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Il y a un trou pour l'emplacement de la graine, et il n'y a plus qu'à semer dedans, un graine par motte.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Nos renardeaux ont pris beaucoup de plaisir à faire les premiers semis (bon après, quand ils ont vu qu'on en faisait tous les weekend, ils ont fini par se lasser haha !)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    On a récupéré des petits bouts de cagette pour faire les étiquettes, et voilà !

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Comme la terre est très humide, il n'y a pas besoin d'arroser tout de suite, et on l'a ensuite fait par le bas, en versant juste de l'eau sur le plateau pour ne pas trop mouiller les feuilles...

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Bon, ensuite, j'ai pris le pli avec le presse-mottes (finalement c'est moi qui ai géré tous les semis cette année, alors que c'est le chéri qui les faisaient les années précédentes, mais je suis en congé parental donc j'ai plus de temps, et surtout, j'ai développé une véritable passion pour mes petits plants chéris...)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    J'ai lancé une tournée monumentale de tomates (avec uniquement des graines récupérées), je les ai faites un peu tardivement celles-ci, donc elles ne seront prêtes que fin mai, mais c'était surtout pour donner aux copains, et avoir des plants en plus au cas où. (d'ailleurs si vous habitez dans le coin de la Seine et Marne,n'hésitez pas à m'envoyer un mail, on va avoir du surplus !)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et voilà les premiers plants qui lèvent après quelques semaines. On teste beaucoup de nouveautés cette année, ci-dessus, des plants d'artichaut..

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et là, des cornichons et concombres déjà bien grands, que j'ai ensuite repiqués.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Le presse-mottes m'a aussi bien aidé pour certains semis que j'avais fait d'abord dans des barquettes (par exemple ces petites fleurs reine-marguerite), car les graines sont parfois trop petites pour être semées une par une, donc dans ce cas j'en sème plein dans une barquette avec peu de terre, puis je repique dans les mottes.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Alors après, évidemment, il faut repiquer la plupart des plants, et alors là, on utilise des pots de récup, mais pour le démarrage on gagne beaucoup de place avec les mottes, on n'a pas besoin de 200 pots (dans le cageot ci-dessous, il y a 77 mottes de tomates, on peut difficilement faire mieux !) ni de beaucoup de terre pour démarrer.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et voilà les tomates les plus avancées, qu'on a semé tout début mars, et qui viennent d'être plantées directement dans le jardin, dans la serre. On avait fait quelques plant plus tôt que les autres en sachant qu'ils iraient dans la serre.

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Et on en parle de ce chou kale en pleine croissance ? Autant on est maintenant habitués à voir la tête des premières pousses de tomates, autant je voue une admiration sans limite à ces petits choux ! (y a t-il d'autres fada comme moi dans l'assistance ?)

    Notre presse-mottes et les semis de printemps

    Bref, voilà pour le moment, maintenant les plants sont un peu plus avancés, il faudrait que je prenne quasiment des photos tous les jours pour voir l'évolution !
    Je prends énormément de plaisir à jardiner cette année, je fais encore des erreurs, évidemment, mais j'apprends beaucoup et je bichonne tous mes petits plants en espérant qu'ils nous régaleront longtemps !

    Pour les erreurs à éviter l'an prochain, commencer à semer les aubergines et poivrons dès le mois de février, on a attendu début mars, je savais que c'était long et j'ai donc semé avant les tomates, mais 2 mois après, ils sont encore petits et je ne suis pas sûre de pouvoir les planter au jardin mi-mai...

    Quant aux tomates, j'en prévoirai plus dès le départ, même si je suis contente d'avoir échelonné !

    Voilà, maintenant j'attends avec impatience le retour des vrais beaux jours (même si je suis ravie qu'il pleuve enfin pour remplir toutes les cuves) pour pouvoir planter tout ce petit monde au potager, et vous faire visiter tout ça virtuellement (sûrement en vidéo), parce qu'évidemment, ça a énormément changé depuis l'an dernier !

    Je vous souhaite une douce fin de journée, et je vous retrouve tout bientôt pour vous présenter le nouvel habitant du Terrier :)
    (vous pouvez essayer de deviner dans les commentaires, sauf ceux qui ont déjà vu l'info sur instagram évidemment !, et je vous préviens tout de suite, ce n'est pas un humain de plus !)

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    Pin It

    4 commentaires
  • Une petite patouille aujourd'hui, que j'ai proposée à ma fille un jour où elle avait envie de peindre, et où il restait un vieux chou rouge au frigo !

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    J'ai mixé les feuilles extérieures du chou (avec la lame en S de notre mixer), et j'ai pressé les morceaux obtenus dans un vieux tissu pour récupérer du jus.
    La quantité est moindre, mais c'est juste ce qu'il faut pour une activité sympa :) (sur la photo, c'est un mini pot de confiture, pour vous donner une idée, et on n'a pas tout utilisé à la fin de l'activité !)

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    D'abord, j'ai laissé ma fille explorer les possibilités sur une feuille blanche, regarder la couleur obtenue.

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    Et puis on a essayé d'ajouter du jus de citron (une vieille bouteille qui doit avoir bien 8 ans, et qu'on stockait sous l'évier pour nettoyer des trucs..)

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    Magie, ça fait du rose ! Je vous conseille de faire les mélanges dans des récipients séparés, comme ça on garde quand même le violet de base.

    Et puis, je me suis dit que le rose était sûrement du à l'acidité du citron, et qu'en ajoutant un ingrédient "basique" (le contraire d'acide donc..) ça ferait sûrement une autre couleur.

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    Bingo, en ajoutant du bicarbonate, on obtient un magnifique bleu turquoise !

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    Pour la peinture, on est partis d'un coloriage qui trainait dans les tiroirs des enfants (oui, il y a écrit "été" dessus...)

    On l'a recouverte d'encre violette,

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    et puis on a changé les couleurs en passant directement du citron sur certains dessins pour faire du rose,

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    et un mélange de bicarbonate et d'eau pour faire du bleu.

    C'est une activité rigolote, et rapide, je vous la conseille s'il vous reste un vieux chou au fond de votre frigo héhé.

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    Par contre, n'envisagez pas d'exposer l’œuvre de votre enfant, car les couleurs passent assez rapidement. C'est de l'art éphémère :)

    Voilà, j'espère que ça vous plaira même si cette activité est déjà très connue, des fois on oublie les choses les plus simples...

    Dans la continuité de cette activité, j'ai emprunté le livre Peinture végétale avec les enfants à la bibliothèque. C'est bien la 3e ou la 4e fois que je l'emprunte, mais il me plait beaucoup, et il fourmille d'idées, je pense qu'on va donc réitérer les peintures naturelles dans les jours à venir !

    Patouille n°13 : encre magique avec du chou rouge

    Bonne semaine à tous !

    ♥ Bises ♥

    Chloé

    Pin It

    6 commentaires